#02 – Congenital sadness

Parmi les liens de la semaine: Mel Gibson being Mel Gibson, Trump amène le catch au gouvernement, Patti Smith qui craque de stress à la réception du Prix Nobel décerné à Bob Dylan (sa reprise de A Hard Rain’s A-Gonna Fall est incroyable quand même), Conor McGregor qui s’excuse et enfin, quelques mots pour rappeler à tous que L’assassinat de Jesse James de Andrew Dominik est un grand film passé inaperçu, voué à devenir un chef d’oeuvre incontesté avec les années (mark my words on this one).

  • Mel Gibson invité à une table ronde par The Hollywood Reporter, passionnant, charismatique, et puis, le voir là entouré de grands acteurs du Hollywood actuel après avoir été blacklisté pendant dix ans, ça fait chaud au cœur… Hollywood loves second chances! Le mec m’a presque mis les larmes aux yeux à la toute fin de la vidéo lorsqu’il résume en quelques phrases l’importance primordiale de l’art et des récits dans nos existences.

  • Second lien: la nomination au cabinet de Donald Trump de Linda McMahon, qui a été pendant plus de quinze ans la directrice de la WWE. Moi qui rêvais depuis des années d’un lien direct entre le catch américain et la politique, le voici (l’Amérique n’a jamais plus été la « société du spectacle »). Rappelons que Trump à lui même « combattu » à Wrestlemania (l’équivalent de la finale de la coupe du monde mais du catch), une petite vidéo rappel quand même, juste pour mesurer le fait qu’il est président dans quelques semaines.

Lien: Une ancienne dirigeante de catch pour gérer les PME

Trump Time

  • Patti Smith qui reprend l’un des textes les plus longs et difficiles de Bob Dylan et qui s’effondre un peu au milieu, heartbreaking.

Lien du New-Yorker: A TRANSCENDENT PATTI SMITH ACCEPTS BOB DYLAN’S NOBEL PRIZE

  • J’en reparlais avec un ami cette semaine, Conor McGregor après avoir gagné sa seconde ceinture (jamais fait auparavant à l’UFC) qui fait semblant de s’excuser. Probablement l’un des mecs les plus hilarant et badass de notre génération.

  • Un résumé de la soirée « revival » de L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, film immense dont je vante les mérites à la moindre occasion. Mon passage préféré de l’article: « Dominik said that Pitt created Plan B (which has since produced “The Tree of Life” and “12 Years A Slave” as well as hits like “World War Z”) because he “wants to be in good movies” and “has mixed feelings about the films that made him famous.” Plan B is for “the movies he’ll give a shit about.” He also referred to Pitt, who starred and produced Dominik’s “Killing Them Softly,” as someone with “,” and that if you were to use him to paint a picture you’d be “using the blue brush.” »

Lien: Terrence Malick Thought It Was Too Slow: 10 Things Learned From The Revival Screening Of ‘The Assassination Of Jesse James By The Coward Robert Ford’

Loris Hantzis.

Jesse James

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s