Jack Reacher 2: un masque de plus

Quelques mots sur le très mauvais Jack Reacher 2, film qui poursuit cependant de façon passionnante le « stratagème du masque » de Tom Cruise amorcé dans les années 2000.

Dans un papier publié dans le cinquième numéro de La Septième Obsession, j’explorais la carrière de Tom Cruise à travers le prisme de son visage. Incarnant d’abord une jeunesse énergique et triomphante (Top Gun), Cruise a peu à peu fait taire les tics de jeu qui l’avaient rendu célèbre. Son visage est défiguré dans un certain nombre de films (comme son image publique) jusqu’à s’éteindre totalement pour incarner des personnages vidés de toute substance.

Extrait: « La fin de la transparence entre Cruise à la vie et à l’écran s’accompagne d’une destruction de son jeu, de son visage et même de son statut de héros. Relégué au second plan dans Edge of tomorrow et Rogue Nation, il y devient presque asexué, chose impensable au début de sa carrière. Tom Cruise intériorise tout et n’existe qu’à travers les diverses quêtes dans lesquelles il est projeté. Il est incapable de sourire lorsque ses enfants jouent à la guerre dans Valkyrie et il transforme Ethan Hunt en un héros vidé de toute motivation personnelle dans Rogue Nation. Point d’orgue, le final d’Oblivion où ce masque vide, ce héros sans relief, est reproduit à l’infini comme dans une usine à masques. Tom Cruise se distancie de ce visage qui l’a rendu aussi célèbre qu’impopulaire pour porter un masque à sa propre effigie, un masque figé ou déformant dans le but de se fondre totalement dans des projets qu’il bâtit lui-même. […] Valkyrie, Mission Impossible 4 et 5, Jack Reacher, Oblivion et Edge of tomorrow lui permettent de réduire sa persona à sa substance la plus iconique et à disparaître dans ces films qu’il façonne autour de lui pour enfin faire prévaloir l’oeuvre sur son statut de star. Ce « stratagème du masque » savamment calculé a ainsi permit à Tom Cruise de rester au sommet après le douloureux cap des années 2000 en transformant ce visage de star transparent en une galerie de masques synonymes de spectacle total et d’excellence scénaristique. »

[Attention, je spoile méchamment Jack Reacher 2, passez votre chemin si vous comptez voir le film (qui est mauvais, contentez vous du premier qui est excellent).]

Synopsis: Jack Reacher est de retour, prêt à tout pour obtenir justice. Susan Turner, qui dirige son ancienne unité, est arrêtée pour trahison : Jack Reacher ne reculera devant rien pour prouver l’innocence de la jeune femme. Ensemble, ils sont décidés à faire éclater la vérité sur ce complot d’État.

C’est le premier mauvais film de Tom Cruise depuis bien longtemps. Intrigue sans intérêt, relations superficielles entre les personnages… la seule bonne idée du film tenait dans cette famille recomposée que forment la supposée fille de Reacher et le personnage de Susan (Cobie Smulders), idée qui aurait pu donner lieu à des scènes décalées, questionnant la solitude obsessionnelle de Reacher mais qui n’est malheureusement jamais exploitée. Cela étant dit, le film est intéressant car il constitue une nouvelle pierre ajoutée à l’édifice entrepris par Tom Cruise il y a plus de dix ans. Alors que Reacher est ici amené à se battre pour quelqu’un, pas par patriotisme ou devoir éthique donc, mais motivé par son cœur, Cruise persiste à ne rien exprimer, à ne rien jouer. Pas une scène ne le montre véritablement attendrit ou inquiet pour ses deux acolytes féminins. Il avance, il risque sa vie, sans rien faire transparaître sur son visage figé. Plus intéressant encore, son rapport au sexe. Cruise est encore une fois asexué. La belle Cobie Smulders, si elle est présentée comme un love interest, ne dépasse jamais le statut de frère d’arme. Elle rejoint la longue liste de femmes fortes avec qui Cruise a interagit de façon platonique: Rebecca Ferguson dans Rogue Nation, Rosamund Pike dans Jack Reacher, Emily Blunt dans Edge of Tomorrow. Le sexe est pourtant au cœur de l’intrigue de ce second volet car on lui colle une ado rebelle qui pourrait très bien être sa fille. On passe d’ailleurs tout le film à prendre cela comme acquis avant d’être informé, dans l’une des ultimes scènes du film, qu’ils ne sont absolument pas reliés. Quelle idée on a eu de penser que Reacher aurait pu avoir une fille! Reacher n’a même probablement jamais eu de relations sexuelles! Tom Cruise est encore une fois impuissant, incapable de la moindre émotion. Le masque l’en empêche.

Si le stratagème du masque de Tom Cruise a permit de faire briller les acteurs autour de lui ainsi que de créer des héros passionnants tout entiers dévoués à leur quêtes, concentrés de façon obsessionnelles, il montre ici sa limite. Les ambitions du film, tentant d’humaniser le personnage, sont en effet incompatibles avec le masque que Tom Cruise s’est collé au visage. Il n’y a plus rien d’humain chez lui. Et comme ses premiers rôles faisaient miroir à qui il était au début de sa carrière (jeune, beau, adoré de tous), ceux des années 2000 reflètent la nouvelle image publique renvoyée par Cruise dans ses interviews: un homme doué à son travail, obsédé par la réussite de ce qu’il entreprend, froid, distant. Les personnages de Cruise n’existent que dans leur quête, ce qui me rappelle cette sublime ligne de dialogue énoncée par Al Pacino dans Heat de Micheal Mann: « All I am is what I’m going after » (« Tout ce que je suis est ce dont je suis à la poursuite »).

La première maquette réalisée pour mon article dans La Septième Obsession entendait faire une mosaïque de visages de Tom Cruise pour montrer la lente apparition du masque figé et impassible, contrastant avec les grands sourires charmeurs du début de sa carrière. Si on a opté pour autre chose, il semble tout de même opportun de terminer cet article sur cette idée.

Tom Cruise La septième obsession

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s