#08 – Jane Does

Parmi les liens de la semaine: The Jane Doe Identity, Anna Fritz, Morita Doji, Women of Punk et Adieu Mandalay (que je vous recommande une seconde fois).

  • On commence par The Jane Doe Identity que j’ai chroniqué pour Furyosa, le nouveau site des anciens de Filmosphere.
  • http://furyosa.com/the-jane-doe-identity/critique/
  • Dans ma chronique du film, je dis: « Nous sommes ici très loin des « films de morgue » sordides et froids tels que l’incroyable The Corpse of Anna Fritz de Hèctor Hernández Vicens ou le très dur Aftermath de Nacho Cerdà. » qui pourrait se traduire par: « N’hésitez pas à regarder The Corpse of Anna Fritz ou Aftermath avant de voir The Jane Doe Identity parce que c’est plus sale et crade et sexuel et donc plus cool ».

  • On enchaîne avec une découverte musicale, Morita Doji, mystérieuse chanteuse japonaise auteure de six albums de 1975 à 1983.
  • Je vous joint le très beau texte de Stéphane Du Mesnildot sur Morita: Morita Doji, la chanteuse évaporée
  • Extraits: « On connait bien sûr Asakawa Maki, l’oiseau de nuit de Shinjuku, qui nommait ses albums Black ou Darkness, mais Morita Doji a établi son royaume encore plus loin dans les ténèbres. On sait qu’elle est née le 15 janvier 1952, mais cela reste le seul élément biographique la concernant. « Morita Doji » est un pseudonyme et même son visage, coiffé d’une perruque bouclé et masqué de lunettes noires, demeure inconnu. »
  • « Un des albums de Morita Doji s’appelle Nocturne, mais ce pourrait être le titre de tous ses albums et toutes ses chansons, tant ils semblent spécialement écrits pour la nuit. Comme si sa vie réelle s’était arrêtée à la mort de son ami, ses chansons racontent le désir toujours anéanti d’appartenir au monde. »

  • Quelques belles photos de Women of Punk.
  • « Though the tough punk-rocker stereotype may bring to mind male artists like Johnny Rotten and Joey Ramone, women like Debbie Harry, Joan Jett, and Siouxsie Sioux stood at the helm of the movement, holding their own against their male counterparts […] But more than just a sound, punk rock had a look. In the punk scene of the 1970s and ’80s, both onstage and off, style was just as important as which bands you went to see. Attitude was the greatest accessory. Amid the sea of leather jackets and tight pants, the punk aesthetic was captured by daring photographers along for the ride. Here are a few who saw it all. »
  • LIEN: These Photographers Captured Blondie, Joan Jett, and the Women of Punk
  • On termine avec Adieu Mandalay (Road to Mandalay en anglais), un tout petit film que j’ai vu en projo-presse la semaine passée et qui sort ce mercredi dans quelques salles.
  • J’ai écrit quelques lignes sur le film ici: LIEN
  • Et j’en profite donc pour renouveler mon conseil, c’est un des plus joli film que j’ai vu cette année!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s